Le blog

Mathilde Istin, directrice déléguée d’ISTF

Pouvez-vous vous présenter vous et votre structure en quelques mots ? 

 

Je suis Mathilde Istin, la directrice déléguée d’ISTF : leader francophone de la professionnalisation des acteurs de la formation. Nous sommes un organisme de formation : et via nos formations, nos certifications, nos accompagnements et nos méthodologies, notre job est de permettre à tous les professionnels de la formation de réussir à répondre aux enjeux de la formation. Cela concerne donc bien sûr la digitalisation de leurs formations, mais aussi l’ingénierie de certification, la qualité, la gestion de projet, etc.
.
Vous étiez cette année intervenante sur un atelier et partenaire avec ISTF, avez-vous également pu participer à d’autres ateliers ou expériences ?

.

Je n’ai pas eu la chance de participer à d’autres ateliers mais j’ai pu assister au show de Karim Duval, un très bon moment ! En revanche notre équipe de formateurs présents sur les jours 1 et/ou 2 avaient ciblé quelques ateliers auxquels ils ont pu participer. Ils sont déjà experts du learning, mais on apprend toujours et ils ont particulièrement apprécié l’interactivité des ateliers et les échanges avec les participants.

 

Quel est votre point positif majeur du Learning Show 2022 et pourquoi ? 

 

Le Learning Show se distingue des autres grands évènements learning organisés en France par son enjeu principal : l’apprentissage. En tant que partenaire, on a vraiment ressenti chez les participants cette envie d’échanger sur du fond entre pairs et avec les experts et prestataires du marché, et de repartir avec des idées concrètes à mettre en œuvre dans leurs propres stratégies et projets formation.
.
Pouvez-vous décrire l’expérience que vous avez mené en tant qu’intervenante ?
.
J’ai animé deux sessions d’un atelier avec mon collègue Raphaël Luttiau, formateur et responsable pédagogique ISTF, sur le mariage entre l’agilité et le learner-centric dans les projets de création de formation, avec un focus sur la méthode EDAT pour y réussir. Nous avons mis les participants dans les chaussures de commanditaires, c’était plutôt cocasse pour certains, qui sont toujours prestataires internes ou externes. L’objectif était de cheminer autour d’un projet presque réel, pour arriver aux conclusions que nous avons établies et qui nous ont permis de créer la méthode agile EDAT : pour qu’une formation digitale soit réellement efficace, il faut 1) pouvoir sortir des traditionnels circuit type méthode en V et 2) toujours revenir au besoin de l’apprenant, et pas celui du commanditaire.

 

Carte blanche : vous connaissez désormais très bien le concept et la méthode du Learning Show, que proposeriez-vous comme idée pour 2023 ? 

 

Pour les partenaires sur l’espace village, les temps d’échange avec les participants sont extrêmement limités puisque tous les ateliers ont lieu en même temps. Peut-être serait-ce envisageable de maintenir un flux de visite sur le village constant en positionnant les ateliers à des horaires décalés ?

 

Plus personnellement, auriez-vous une recommandation article, lecture, podcast qui vous a marqué autour de la formation ?
.
Le Podcast Learn & Enjoy !
.
Merci Mathilde,

 

À bientôt 
.

Les derniers articles

    • 4/07/24

    Valérian Pepe, directeur pédagogique et des partenariats be my media

    Lire la suite

    • 9/06/24

    Hélène Jet, coach et formatrice en communication orale

    Lire la suite

    • 16/05/24

    Clarisse Gouby, Chargée de projet Spicee éduc

    Lire la suite