Explorons les apprentissages du futur

Quelle est l’importance des Soft skills dans la formation professionnelle ?

Les réponses de Anna Beliaeff – ARTIPS. 
Anna Beliaeff est Responsable des solutions pour les entreprises et les écoles chez ARTIPS, start-up fondée il y a 5 ans dont la vocation est de rendre la culture plus accessible.
ARTIPS envoie des newsletters ludiques et mémorables dédiées à l’art, la musique et la science. 1er média culturel en France en termes d’audience, ARTIPS a développé une plateforme d’apprentissage en microlearning, dont la pédagogie est fondée sur le format court et le storytelling.
Que souhaitez -vous voir changer dans la formation ?

Aujourd’hui, il est crucial que ce soit la formation qui s’adapte à l’apprenant, et non le contraire. C’est à cette condition seulement que les personnes peuvent avoir envie de suivre des formations. Les collaborateurs sont très sollicités au sein des entreprises, d’un point de vue communication. Il faut donc se différencier. Cela passe par des contenus très qualitatifs et chaleureux, pas trop corporate ni institutionnels. Le but est d’apporter aux salariés une dose de respiration, même s’il s’agit d’une formation obligatoire.

Deuxième élément primordial, c’est l’adaptive learning.Il s’agit de rentrer dans les temps morts de la journée des utilisateurs. La formation ne doit pas être une contrainte mais s’insérer dans des emplois du temps bien remplis. On peut par exemple proposer de laisser le choix du rythme d’apprentissage (jour, heure, canal d’envoi des push).

L’adaptive learning permet aussi d’individualiser la formation. Cela passe par des licences individuelles, des connexions personnalisées. Ainsi, chaque apprenant est responsabilisé dans son apprentissage. Les contenus et autres dispositifs pédagogiques seront adaptés au parcours de formation de chaque individu.

Troisième élément important : il faut parvenir à se distinguer à la fois sur le fond et la forme. Le ton peut être travaillé de façon ludique et mémorable. Quant à l’outil, il doit lui aussi donner envie, il faut se mettre à la place de l’apprenant et soigner l’univers graphique.

Quelle est l’importance des Soft skills dans la formation professionnelle ?

Les Soft skills sont des qualités essentielles qui complètent les compétences purement techniques apprises pendant sa formation. Ce sont des qualités humaines qui comprennent le savoir-être, l’initiative, l’efficacité, le sens du collectif, etc.

Les « Hard skills », quant à elles, correspondent aux compétences techniques acquises au cours de son parcours universitaire, en formation, au travail.

Les Soft skills ont de plus en plus d’importance en entreprise : comment on se comporte, comment on s’adapte, comment on réagit, notre capacité de résistance au stress…
Il est possible de favoriser et de développer les soft skills en renforçant la confiance en soi ou en démocratisant l’accès à la culture. Le manque de culture en entreprise peut être un véritable plafond de verre qui ne dit pas son nom. Proposer du rattrapage culturel en entreprise est une façon de briser ce plafond de verre, de lutter contre la discrimination liée aux origines sociales par exemple.

La formation professionnelle a son rôle à jouer pour favoriser les Soft skills des collaborateurs en entreprise. Si elle est axée sur le développement du savoir-être, elle permet de booster l’employabilité, et de faciliter l’évolution dans l’entreprise. Elle participe également au renforcement de la marque employeur ; une entreprise qui fait grandir et évoluer ses collaborateurs les fidélise en leur donnant de la reconnaissance. Pourquoi la quitteraient-ils dans ce cas ?

Peut-on affirmer que développer les Soft skills en entreprise aide à développer les Hard skills ?

Oui, favoriser les Soft skills d’un collaborateur permet de le placer sur un terrain d’apprentissage fertile et favorable au développement des compétences. Un collaborateur très à l’aise, qui communique et s’adapte facilement pourra plus rapidement s’intégrer dans une nouvelle équipe, au sein d’une nouvelle direction ou à un nouveau poste une fois promu.

Quelle est l’importance des outils digitaux pour développer les compétences transverses ?

Les outils digitaux sont essentiels pour développer des compétences transverses. Ils apportent en effet une flexibilité importante, une adaptation à chaque apprenant, et l’individualisation de la formation.

Une plateforme de microlearning responsive donne une grande liberté dans l’apprentissage en laissant le choix à l’utilisateur de ses créneaux de formation – par exemple dans les transports, entre deux rendez-vous ou à la pause…

La gamification est aujourd’hui incontournable, car on aime apprendre en s’amusant ! Il est plus facile de proposer un quiz grâce à un outil digital que de solliciter des équipes en présentiel.

Aujourd’hui, les outils digitaux sont beaucoup plus flexibles et s’adressent à une audience plus large disséminée dans le temps et l’espace. Ils ont donc une force de frappe plus importante.

Comment l’usage de la vidéo peut-il transformer les dispositifs de la formation professionnelle ?

La vidéo et le microlearning sont les tendances qui émergent dans la formation digitale. Une vidéo doit être courte et impactante, aller à l’essentiel. Si la vidéo est trop longue, on perd l’attention de l’apprenant ! Par ailleurs, il faut faire passer les messages de façon claire et concise, tout en embarquant les apprenants. Le storytelling est un excellent catalyseur.

Visionner l’entretien d’Anna Beliaeff