Explorons les apprentissages du futur

Formation entre pairs : quelles sont les clés du succès ?


Rencontre avec Marie-Pierre Dequier de CollectivZ, intervenante au Learning Show 2018. 
Diplômée des Ponts et Chaussées de Sciences-Po Paris, Marie-Pierre Dequier est co-fondatrice de CollectivZ, enseigne à l’école CentraleSupelec. Elle est également porte-parole de la coalition France Apprenante qui réinvente les manières d’apprendre pour les mettre à disposition du plus grand nombre.
Elle se passionne pour la puissance des approches collectives pour transformer les personnes et les organisations. Comment le collectif peut permettre à chacun de progresser tout en contribuant à un projet inspirant ? Elle expérimente des processus collectifs innovants et apprenants au sein d’entreprises, d’écoles ou encore avec des citoyens ou des éco-systèmes de start-ups.
Que souhaitez-vous voir changer dans la formation ?

D’abord son attractivité ! Que l’on retrouve du plaisir à se former. 
On a trop souvent l’impression que les gens vont se former avec des « pieds de plomb ». Or le plaisir est un levier formidable pour apprendre.La formation peut être un moment exceptionnel qui vous donne des ailes! Notre responsabilité de formateur, c’est de rendre attractif et performant ce moment, et les échanges entre pairs contribuent au plaisir et au partage.

Laisser plus de place à l’expérimentation dans les parcours de formation. C’est en mettant en œuvre une compétence qu’on la valide et en échangeant avec d’autres sur cette expérience qu’on se l’approprie. Le temps de l’expérience n’est pas suffisamment reconnu par le système actuel de la formation professionnelle, orienté acquisition de connaissances.

Enfin, le rôle des formateurs doit évoluer vers un rôle de coach. Hier« sachants » qui délivraient un savoir, les formateurs peuvent aujourd’hui s’appuyer sur de multiples ressources en ligne de qualité et se concentrer encore plus sur l’interaction avec les participants. Cela suppose une nouvelle posture d’accompagnant relativement agile car c’est en co-construisant avec les participants sur leurs attentes et leurs savoirs existants que le groupe d’apprenant trouvera sa meilleure performance.

Quelles sont les clés du succès de la formation entre pairs ?

La transmission entre pairs est reconnue comme l’une des composantes fondamentale de l’apprentissage. Mitchel Resnick formalise les conditions de succès de l’apprentissage en 4P : Play, Project, Peers, Passion :

Les conditions de succès de la formation entre pairs sont pour moi au nombre de trois :

Tout d’abord l’écoute active et bienveillante. Le participant doit se mettre à l’écoute de quelqu’un qui n’a pas le label d’enseignant. Ce qui importe c’est le regard accueillant que chacun porte sur le pair qui va partager son savoir. Avoir un échange sincère et sans jugement sur son expérience et ses difficultés d’apprentissage est clé.

Vient ensuite la valeur de l’expérience et de l’enseignement transmis. Ce qui importe c’est de s’assurer que l’expérience partagée a bien eu lieu et qu’elle est de qualité, pas forcément sur des critères académiques mais sur des critères de reconnaissance par les pairs par exemple.

Enfin, il est important de faire ensemble. Le partage d’expérience met le savoir à l’épreuve des faits et favorise l’émergence des questions de l’apprenant.

Quelles formes peut prendre la formation entre pairs ?

Toutes les formes possibles ! Par exemple, les développeurs informatique apprennent beaucoup en ligne, ils posent leurs questions sur des forums et d’autres répondent et trouvent des solutions. L’école 42 n’a d’ailleurs pas d’enseignants. Cela ne correspond pas à tout le monde.

Dans la formation, l’émotionnel et l’inspiration sont importants. La rencontre physique est évidemment propice à la qualité de l’apprentissage, et de petits groupes de partage, qui font des expériences avec un objectif d’apprentissage et de retour d’expériences sont très performants. Le mentoring, le reverse mentoring, le co-développement, les communautés de pratiques sont également modes d’apprentissage en pair à pair.

Si le pair à pair est multi forme, il doit néanmoins s’inscrire dans un cadre pour être performant.

Dans la formation entre pairs, les rapports entre apprenants et formateurs sont-ils différents ?

Oui, les relations sont différentes lorsqu’on est entre pairs. On peut être tour à tour apprenant et formateur, on est souvent moins intimidé et on se sent responsable du savoir qu’on transmet. Les groupes sont plus petits, les échanges sont plus riches en mode horizontal d’égal à égal.

En conclusion, personne ne sait tout, mais tout le monde sait quelque chose. Cela augure d’un beau potentiel d’apprentissage non ?

Visionner l’entretien de Marie-Pierre Dequier